L’erreur de trop – Retour au pays

L'erreur de trop - Retour au pays, kaléidoscope de moi, bamba aida marguerite, nouvelle

Est-ce que vous êtes déjà passé sous un rouleau compresseur ? Je suis certaine que vous allez me répondre non ou encore que si cela devait arriver, vous ne seriez plus vivant pour en parler. Moi, je suis passée sous un rouleau compresseur, et je suis encore vivante pour en parler…

Si je m’inquiétais de mes bleus la veille, ce matin je n’ai pas de mots pour décrire l’état de mon corps. Monsieur D s’est comporté avec moi comme un homme à peine sorti de sa caverne et qui mort de faim se jette sur la première bête venue.

Depuis la salle de bain, chaque centimètre carré non meublé de la chambre jusqu’au lit, il m’a fait vibrer comme jamais je n’ai vibré auparavant. M’essorant jusqu’à la dernière goutte. C’est avec les jambes flageolantes qu’à 4 h du matin, je me suis rendue dans la salle de bain pour analyser les dégâts en surface. Sur le lit, Monsieur D dort du repos du brave. Son corps immense barre la moitié du lit.

Je prends une douche et aussi silencieusement que possible, je range mes affaires. Je sors ensuite de la chambre sans un regard en arrière parce que je viens de commettre l’erreur de trop. Je ne sais pas ce que je ressens pour ce monsieur et pourtant, je me suis donnée à lui et j’ai aimé tout ce qu’il m’a fait même des choses que je n’aurais jamais envisagée.

Je rejoins la chambre de ma voisine de table de la veille. Je frappe à la porte. Après seulement une minute, elle m’ouvre et me fais signe d’entrer. J’entre m’effondre sur le canapé de sa suite et lui explique tout. Elle m’écoute sans un mot et à la fin, elle passe un appel avant de se tourner vers moi.

  • Je viens de négocier pour que vous retourniez au pays dans moins d’une heure. Voici ma proposition pour le poste d’assistante, et voici les clés d’une de mes maisons. Si vous signez ce contrat, dès votre retour, il vous faudra déménager. Ce genre d’homme ne s’avoue pas vaincu. Et il sait où est ce que vous habitez. La dernière décision vous reviens.

À cause de monsieur D, me voilà à revoir ma vie. Je suis terrifiée. Et pourtant, je dois me secouer. Avant de signer le contrat, je regarde cette dame qui ne me connait ni d’Eve ni d’Adam et qui pourtant me donne ma chance. Et je lui demande :

  • Pourquoi ?
  • Parce que, à une époque j’aurais aimé qu’on me tende la main. 

Cela suffit à me convaincre. Je signe sans hésiter tandis qu’elle retourne en chambre enfiler quelque chose pour m’accompagner dans le hall de l’hôtel. Au moment de prendre le véhicule pour l’aéroport, elle me prend dans ses bras et je sens le poids de ces derniers jours s’effacer comme par magie.

Le vol de retour se passe sans encombre. Il faut dire que je ne vois pas grand chose. Je dors comme un bebe jusqu’à l’arrivée. Au pays, malgré l’épuisement du voyage, je déménage rapidement sans dire un mot à F. Je pense que notre amitié est morte. Et j’ai trop de problèmes pour essayer d’arranger les choses. Je suis triste de quitter cette maison que j’aime tant. Pourtant, il le faut. Je ramène ensuite la voiture au bureau et remet la clé à la réception de l’entreprise, ainsi que ma lettre de démission. La réceptionniste est surprise de me voir si tôt mais ne pose pas de questions.

Je prends ensuite possession de la maison généreusement offerte par mon ange gardien. Une maison encore plus grande que la mienne. Elle a déjà prévenu des gens parce que quand j’arrive avec les déménageurs, je la trouve impeccable. Un homme à tout faire nous aide à emménager. À la fin de la journée, je suis heureuse de marcher dans mon nouveau chez moi. Je décide d’appeler Madame G pour l’informer du fait que les choses sont en bonne voie. Elle est ravie et m’annonce qu’elle va rentrer plus tôt. Elle me donne une semaine pour me reposer avant de commencer le travail et me donne rendez vous au bureau à mon nouveau poste. Après ce coup de fil prometteur, je décide de me rendre chez mes parents pour récupérer ma chère Poppy.

La fille de maison m’ouvre la porte et est ravie de me voir. Elle me confirme que les parents sont là. J’entre et je suis accueillie par ma chère Poppy qui se jette sur moi et me balance pleins de baves au visage. Je lui fais des câlins avec d’entrer dans la maison. Mes parents sont au salon avec F. J’avoue que je n’ai pas fais attention aux voitures dans la rue. J’embrasse maman et papa et je m’installe dans un siège en face de F.

  • Salut ma belle me lance t-il. 
  • Salut F comment vas tu ?
  • Bien merci mais j’ai l’impression qu’il n’en est pas de même pour toi. 
  • Que veux tu dire par là ? 
  • les enfants, et si on allait manger coupe maman en se levant.

Je me lève aussi suivi de près par F qui a deux pas de la salle à manger me tire en arrière dans le couloir menant aux chambres pour tirer le col roulé de mon pull over et dévoiler les traces de morsures de monsieur D. Il entre dans une rage silencieuse qui se manifeste par une sorte de grognement sourd.

  • C’est pour cela que tu as démissionné ? arrive-t-il à articuler.
  • Oui
  • Pourquoi est ce que tu ne m’as pas appelé ?
  • Je l’ai fais, je suis tombée sur ta petite amie. 

il reste silencieux le regard dans le vide mais ne me lâche pas pour autant.

  • Les parents vont se mettre en colère F si on ne les rejoint pas à table. 
  • Ils vont attendre. Tu travailles où maintenant et surtout tu habites où ? 
  • Ce ne sont pas tes affaires. Et finalement, je n’ai plus envie de manger tu vas m’excuser auprès des parents. 

Je retire ma main et je récupère ma chienne avant de sortir de la maison. Je monte dans le véhicule sous le regard de F qui comprend que lui et moi c’est du passé. Je retourne dans mon nouveau chez moi et une fois dans la chambre, j’éclate en sanglots. Le revoir et me rendre compte qu’en fait depuis le temps que dure notre amitié il est juste poli, et qu’il n’y a rien au delà me brise le coeur. Je ne sais pas ce qui m’attends dans cette nouvelle aventure que je commence dans une semaine mais pour l’instant, j’ai juste envi de pleurer.

Publié par

Je suis d'abord Ingénieur des industries agro-alimentaire ensuite blogueuse, content writer, écrivain de nouvelles à mes heures perdues, passionnée de cuisine et de tout ce qui s'y rapporte, de musique aussi et enfin de ce qui aurait du passer en premier à savoir la lecture.

11 commentaires sur « L’erreur de trop – Retour au pays »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s