Souvenir de Paradisio

Paradisio, c’est le nouveau parc d’attractions, après Doraville, de la ville d’Abidjan. Ce nouvel endroit est situé derrière la Riviera trois dans un village dont le nom ne me revient toujours pas bref. Nous nous sommes rendus à cet endroit, en famille, pour voir de quoi il s’agissait. Les attractions disponibles pour nous, grandes personnes, étaient la grande roue, les tamponneuses et le service à thé. Nous avons décidé de commencer par le service à thé qui nous semblait inoffensif.

Le service à thé a été une expérience unique. Mes deux soeurs se sont mises ensemble tandis que nous nous installions mon frère et moi. Mon frère était du côté de la théière et moi vers la sortie. Le mot cauchemar est faible, vraiment. J’ai souffert à cause des mouvements de rotation aléatoire du système mon frère m’a broyé les côtes et la jambe. J’ai passé la moitié du temps à crier : ma jambe. Mon cou quant à lui subissait la pesanteur risquant de se choper un torticolis sévère. Donc entre ma jambe, mes côtes et mon cou je peux dire que quand je suis descendue, j’avais un seul mot aux lèvres : plus jamais.

Ensuite, nous nous sommes rendus à la tamponneuse où malheureusement il y avait quelques défaillances qui nous ont empêchés de la tester. Nous sommes donc passés à la grande roue. La grande roue qui avec ses multiples arrêts pour faire entrer le maximum de clients, ne nous semblait pas assez intéressante. Il fallut y monter pour comprendre. Les descentes sont à soulever l’estomac, c’est intense et sans douleur (lol). On a aimé vraiment. Alors, pourquoi finir avec la théière ? Mon frère qui lui a adoré puisque c’est lui qui me broyait les pieds a décidé que c’était de cette manière qu’on devait finir en famille. Par expérience, je n’ai pas voulu monter avec lui (pourquoi même) donc je me suis installée et j’ai écopé d’une frêle petite fille. Le gérant des places m’a demandé de laisser la fille monter d’abord, mais j’avais déjà vécu la situation de la place à la sortie et je ne voulais plus (j’aurais dû). Ce fut pire que la première fois. Imaginez une grande fille comme moi et une enfant de moins de dix ans avec au plus 20 à 25 kg et moi dans le rolle de mon frère. J’ai passé tout le tour à demander pardon à la fille parce que franchement, elle a souffert même si elle me disait que tout allait bien.

Paradisio c’était cool. Nous avons aimé et je n’avais pas autant ri depuis longtemps.

 

Publicités

Publié par

Je suis d'abord Ingénieur des industries agro-alimentaire ensuite blogueuse, content writer, écrivain de nouvelles à mes heures perdues, passionnée de cuisine et de tout ce qui s'y rapporte, de musique aussi et enfin de ce qui aurait du passer en premier à savoir la lecture.

Un commentaire sur « Souvenir de Paradisio »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s